Se loger est une épreuve pour une grande majorité de jeunes qui quittent le foyer familial. En cause, le manque de logements, des moyens financiers faibles et irréguliers, des emplois précaires… Pourtant, il existe une kyrielle d’aides pour les soutenir dans cette étape vers leur vie d’adulte. 
Ce contenu a bien été ajouté à vos favoris
Ce contenu a bien été supprimé de vos favoris
Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être connecté(e)
Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être abonné(e)
Dès lors que vous payez un loyer et que vous n’êtes ni le descendant ni l’ascendant ni le conjoint du propriétaire, vous pouvez bénéficier de l’une des aides suivantes.
Le logement peut être meublé ou vide, neuf ou ancien, du parc privé ou social, un foyer, un hôtel meublé ou un logement temporaire. Ces trois aides ne sont pas cumulables entre elles et leur montant varie selon les ressources du foyer, le lieu de résidence, le prix du loyer et le nombre de personnes à charge. Elles sont calculées en temps réel sur la base des ressources des douze derniers mois et réévaluées chaque trimestre.
Ces offres s’adressent aux jeunes en accès à l’emploi et sont destinées, selon les aides, aux contrats d’alternance (apprentissage ou professionnalisation), de volontariat, CDD, CDI, saisonniers, aux stages, etc. Des conditions d’âge s’appliquent parfois, cumulables entre elles et avec d’autres aides (APL, fonds de solidarité pour le logement, etc.) La plupart de ces aides sont dématérialisées. Action Logement propose également un accès à son propre parc de logements sociaux ou temporaires sur Actionlogement.fr/plateforme-locative/salaries.
Pour plus d’informations, rendez-vous sur Actionlogement.fr ou par téléphone au 0 970 800 800.
Elle apporte un garant gratuit aux jeunes de moins de 30 ans (ainsi qu’aux plus de 30 ans en mobilité professionnelle) qui ne peuvent avoir de caution personnelle. Visale garantit ainsi au bailleur le paiement du loyer et des charges en cas d’impayés, pour un montant maximum de 1 300 euros (1 500 euros en Île-de-France), et dans la limite de trente-six mensualités impayées dans le parc privé (neuf mensualités dans le parc social).
Pour les alternants, le montant est de 600 euros (800 euros en Île-de-France). Visale garantit également le coût de dégradations dans la limite de deux mois de loyer. La dette éventuellement contractée auprès d’Action Logement fera l’objet d’un plan de remboursement adapté.
Pour plus d’informations, rendez-vous sur Visale.fr.
Ce prêt à taux zéro permet de financer le dépôt de garantie dans la limite de 1 200 euros (sans frais de dossier ni d’intérêts). Il est remboursable en vingt-cinq mois maximum, avec un minimum de versement de 20 euros mensuels.
Pour les salariés du secteur agricole, le montant du prêt peut aller jusqu’à 2 000 euros et il est remboursable en trente-six mois maximum.
Pour plus d’informations, rendez-vous sur Locapass.actionlogement.fr ou Actionlogement.fr/le-secteur-agricole.
Cette subvention, de 10 à 100 euros, finance une partie du loyer chaque mois, pendant douze mois, soit 1 200 euros maximum. L’aide est réservée aux jeunes en contrat d’alternance de moins de 30 ans et soumise à conditions (par exemple, un salaire brut mensuel inférieur ou égal au Smic). Elle est calculée en fonction du montant du loyer et des aides déjà perçues.
Ainsi, pour un loyer de 350 euros, avec une APL de 280 euros, l’aide sera de 70 euros. Les conditions diffèrent pour les jeunes en volontariat territorial en entreprise (VTE) dont le salaire mensuel doit être inférieur à deux Smic. Pour les salariés agricoles, l’aide peut s’élever à 300 euros.
Pour plus d’informations, rendez-vous sur Actionlogement.fr/l-aide-mobili-jeune ou Actionlogement.fr/l-aide-vte-mobili-jeune.
lancée en juin 2020, cette subvention destinée à régler les charges locatives est maintenue jusqu’à nouvel ordre. En cas de chômage partiel, arrêt de travail pour garde d’enfants, embauche ajournée ou diminution de la rémunération variable entraînant une baisse de ressources mensuelles supérieure ou égale à 15 % et des charges de logement supérieures à 33 %, l’aide est de 150 euros par mois, limitée à deux mois (jusqu’à 300 euros). Elle est même portée à six mois (900 euros) en cas de perte d’emploi. Le revenu mensuel net ne doit pas excéder 1,5 Smic, soit 1 845 euros net.
Pour plus d’informations, rendez-vous sur Aide-urgence.actionlogement.fr.
Mise en place pendant la crise sanitaire, elle subventionne les frais d’hébergement jusqu’à 600 euros (150 euros sur quatre mois) pour tout type d’hébergement.
Pour plus d’informations, rendez-vous sur Actionlogement.fr/aide-urgence-saisonniers-agricoles.
En cas de déménagement pour cause de mutation ou d’embauche à plus de 70 km (ou à plus d’une heure quinze de trajet), le dispositif offre jusqu’à 3 500 euros d’aides. Elles sont réparties en une subvention jusqu’à 2 200 euros pour financer les frais de recherche d’un logement par un prestataire, et un prêt à un taux de 1 % pour régler des dépenses liées au changement de logement. Cette aide est soumise à des plafonds de ressources qui varient selon les zones géographiques.
Pour plus d’informations, rendez-vous sur Actionlogement.fr/financement-mobilite.
Elle bénéficie aux demandeurs d’emploi, indemnisés ou non. Vous devez passer des entretiens, vous avez trouvé une formation ou signé un contrat de travail pour plus de trois mois à plus de 60 kilomètres ou deux heures de trajet aller-retour ? Pôle emploi prend en charge vos frais de déplacement, de repas et d’hébergement, dans la limite totale de 5 000 euros par an.
Pour plus d’informations, rendez-vous sur Pole-emploi.fr/candidat/en-formation/mes-aides-financieres/aide-a-la-mobilite.html.
Si vous entrez dans la fonction publique, vous pouvez également bénéficier d’une aide non remboursable jusqu’à 500 euros, voire 900 euros si vous déménagez en zone Alur ou exercez en quartier prioritaire.
Ces subventions ou prêts départementaux permettent aux personnes en difficulté de payer leurs dépenses liées au logement (loyer, énergie, eau, assurance, huissier, déménagement, etc.). Les conditions d’attribution sont variables. Renseignez-vous auprès de l’agence départementale pour l’information sur le logement (Adil), de votre mairie ou d’un travailleur social.
Ces structures de proximité soutiennent les ménages en leur octroyant aides et accompagnement personnalisé. Renseignez-vous auprès du CCAS ou Cias de votre lieu de résidence.
Immobilier logement
Location
Location
Immobilier logement
Propriétaire
Réservé aux abonnés
Vos grands projets pas à pas
Tous les conseils de la rédaction pour économiser​
Besoin d’un conseil personnalisé ? Nos experts vous répondent ​
Simulateurs, contrats personnalisables, lettres-types…​​
En version numérique, tous les mois, où que vous soyez
Pas encore abonné(e) ? Je m’abonne(À partir de 2,99€/mois sans engagement)
Les informations vous concernant sont destinées à l’envoi des newsletters afin de vous fournir ses services, des informations personnalisées et des conseils pratiques. Elles sont conservées pendant une durée de trois ans à compter du dernier contact. Ces informations pourront faire l’objet d’une prise de décision automatisée visant à évaluer vos préférences ou centres d’intérêts personnels. Conformément à la loi française « Informatique et Libertés » n°78-17 du 6 janvier 1978 modifiée et au Règlement Européen 2016/679, vous pouvez demander à accéder aux informations qui vous concernent, pour les faire rectifier, modifier, ou supprimer, pour vous opposer à leur traitement par mail à [email protected] ou par courrier à l’adresse suivante : Uni-médias, à l’attention du DPO, 22 rue Letellier – 75015 – Paris, ou pour demander leur portabilité, en écrivant par courrier à l’adresse suivante : Uni-médias, à l’attention du DPO, 22 rue Letellier – 75015 – Paris ou par mail à [email protected] Vous pouvez également définir les conditions d’utilisation, de conservation et de communication de vos données à caractère personnel en cas de décès. Pour toute demande relative à vos données personnelles, vous pouvez contacter le délégué à la protection des données à l’adresse mail suivante : [email protected], ou introduire une réclamation auprès de la Commission Nationale Informatique et Libertés.
Prêt à taux zéro
Assurance vie
Prélèvement à la source
Épargne salariale
Livrets d'épargne
Crédit consommation
Nos dossiers

source